2eme Sommet Russie-Afrique : Que propose Poutine aux Africains?

2eme Sommet Russie-Afrique : Que propose Poutine aux Africains?

By SinAfricaNews July 28, 2023 0 Comments

Socialisons 😊💭

Après Sotchi en 2019, la deuxième édition du sommet Russie-Afrique débute ce jeudi (27.07.2023) à Saint-Pétersbourg. Kremlin s’attend à une présence africaine significative. Quarante-neuf (49) Etats africains prennent part à ce sommet, selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.
Mardi 25, le Kremlin a déclaré que 17 chefs d’État avaient confirmé leur participation, contre 45 qui avaient participé au sommet de Sotchi en 2019. Moscou s’est plaint de la pression occidentale sur les dirigeants africains pour les persuader d’ignorer le sommet.
Cet événement majeur de deux jours (les 27 et 28 juillet) fait suite à la récente décision de Moscou de se retirer de l’Initiative pour les céréales de la mer Noire, négociée par la Turquie et l’ONU, qui a permis à l’Ukraine déchirée par la guerre d’exporter en toute sécurité des céréales vers le continent africain depuis ses ports de la mer Noire. Cependant, la suspension de l’accord par Moscou a laissé les pays africains inquiets des perspectives de pénuries alimentaires. Quels pourraient être les développements potentiels au sommet ?

La sécurité alimentaire africaine en tête de liste

La sécurité alimentaire dans les pays africains sera un sujet clé lors du sommet de Saint-Pétersbourg.
“La création de corridors et de centres logistiques non seulement pour les denrées alimentaires et les engrais, mais aussi pour tous les autres produits fabriqués par la Fédération de Russie – ce sera l’un des sujets de discussion”, a déclaré Oleg Ozerov, ambassadeur itinérant au ministère russe des Affaires étrangères, déclaration faite mardi à l’agence d’État russe RIA.
La semaine dernière, Moscou a annoncé sa décision de se retirer de l’accord sur les céréales, affirmant qu'”au lieu d’aider les pays qui en ont vraiment besoin, l’Occident a utilisé l’accord sur les céréales pour faire du chantage politique.” Le lendemain, des missiles russes ont été lancés sur le port ukrainien d’Odessa, où le grain était stocké.
Alors que la plupart des dirigeants africains se sont abstenus de commenter avant le sommet, certains pays africains ont exprimé leur colère. Korir Sing’Oei, haut responsable kényan du ministère des Affaires étrangères, a qualifié la décision de Moscou de “coup de poignard dans le dos”.
 

Que peuvent tirer les pays africains du sommet ?

 
Le précédent sommet Russie-Afrique à Sotchi en 2019 poursuivait un plan ambitieux visant à doubler le volume des échanges et à accroître les investissements russes sur le continent. Cependant, les promesses de Sotchi ne se sont pas entièrement concrétisées et les espoirs des dirigeants africains à la recherche d’opportunités d’investissement n’ont pas été totalement comblés.
Au cours des dernières années, le volume des échanges entre la Russie et l’Afrique est resté stable autour de 15 à 20 milliards de dollars (13 à 18 milliards d’euros). Selon les analystes, les volumes commerciaux relativement faibles font de Moscou un partenaire économique moins attractif pour les pays africains, en particulier par rapport à la Chine et aux pays occidentaux. Les investissements russes en Afrique sont également faibles, représentant environ 1% des investissements directs étrangers.
Mais pourquoi les pays africains tiennent-ils toujours à nouer des liens économiques étroits avec la Russie ?
La raison réside dans le passé, lorsque l’URSS s’est rangée du côté de nombreux pays africains dans leur lutte pour la libération. À ce jour, le sentiment nostalgique façonne les attitudes de l’Afrique envers Moscou.
Le sous-financement chronique du continent africain est un autre problème clé.
“Les pays africains manquent de capitaux… le plus grand défi est le financement. Ce que vous voulez stratégiquement, c’est avoir autant d’options que possible”, a déclaré Amaka Anku.

Achats d’armes et coopération militaires

Un autre facteur attrayant pour de nombreux pays africains et un sujet de discussion possible lors du sommet sont les accords sur les armes.
Bien que le commerce d’armement de la Russie ait été touché par la guerre en Ukraine, la Russie reste le premier fournisseur d’armes de l’Afrique avec une part de marché de 40 %, contre 16 % pour les États-Unis.
La part de la Chine est d’environ 10 %, tandis que la France représente environ 8 %.
L’influence russe en Afrique s’est également accrue avec la présence du groupe paramilitaire Wagner dirigé par Yevgeny Prigozhin. La milice est largement considérée comme un outil informel de politique étrangère pour Moscou et comme un service de sécurité pour les États africains en proie à des conflits.
Le groupe Wagner aide non seulement à renforcer les liens au nom de Moscou, mais tire également des avantages financiers de l’accès aux ressources naturelles telles que l’or, le pétrole et les diamants. Du partenariat gagnant-gagnant.

Socialisons 😊💭

THE BEST STORIES INBOX!

We bring you a new narrative of our World from a Sino-African Perspective!

June 13, 2024 7:53 am

connectez-vous pour copier!