Interview accordée par l’Ambassadeur de Chine en France à Europe1 sur la visite de Nancy Pelosi à Taiwan

Please follow and like us:

Le 6 août 2022, l’Ambassadeur de Chine en France LU Shaye a accordé une interview à Europe 1 sur la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi à la région de Taiwan de la Chine et d’autres sujets. Voici l’intégralité de l’interview :

Q : Elle restait de moins de 24 heures, mais cela a suffi à provoquer la colère de Pékin. Après la visite à Taiwan de Nancy Pelosi, cheffe des députés des États-Unis, la Chine a démarré jeudi des exercices militaires d’une ampleur inédite. On va essayer ce soir de comprendre les raisons des vives tensions entre la Chine et les États-Unis des derniers jours avec mon invité LU Shaye l’Ambassadeur de Chine en France. Bonsoir Monsieur, merci d’avoir accepté mon invitation sur Europe 1. Très concrètement, j’aimerais avoir votre point de vue là-dessus : qu’est-ce que vous reprochez à Nancy Pelosi ? Vous parlez de « provocation inacceptable ». Vous nous expliquez en quoi est-ce que sa venue à Taiwan est une provocation inacceptable pour la Chine.

R : Tout d’abord, entre la Chine et les États-Unis nous avons trois communiqués conjoints. Le premier communiqué est sur l’établissement des relations diplomatiques. Là-dedans les Américains se sont engagés que « Les États-Unis d’Amérique reconnaissent le gouvernement de la République populaire de Chine comme l’unique gouvernement légal de la Chine. Dans ce contexte, le peuple des États-Unis maintiendra des relations culturelles, commerciales et d’autres relations non officielles avec la population de Taiwan ». Les États-Unis, après avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine, ne peuvent que maintenir des relations non officielles avec Taiwan. Alors Nancy Pelosi est le troisième personnage du pouvoir fédéral des États-Unis. Sa visite à Taiwan n’est évidemment pas une visite non officielle. Son contact avec la numéro une des autorités de Taiwan est un contact officiel.

Q : Pour vous, en venant à Taiwan, elle officialise cette visite officielle et reconnaît Taiwan en tant que province indépendante ?

R : Sa visite est allée en contravention avec l’engagement des Américains, et qui plus est, a enfreint le principe d’une seule Chine qui est un consensus universel et une norme fondamentale régissant les relations internationales. Avant sa visite, la partie chinoise a fait beaucoup de travail auprès des Américains pour leur demander de convaincre Nancy Pelosi d’annuler cette visite. Mais rien n’y fait. C’est pourquoi on la trouve très choquée.

Q : Vous voulez dire que cette visite est une provocation pour vous et que pire elle affecte les relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis. C’est un coup de poignard pour vous, cette visite ?

R : Oui, un coup de poignard dans le dos.

Q : Quelque chose que vous n’aviez pas vu venir ?

R : Si, on a prévu et a déjà fait des avertissements. Le Président XI Jinping, lors de sa conversation téléphonique avec le Président Joe Biden, a dit que la volonté du peuple chinois est inviolable, et que ceux qui jouent avec le feu périront par le feu. Le porte-parole du Ministère chinois de la Défense a dit aussi que l’Armée populaire de libération de la Chine ne restera pas les bras croisés.

Q : Ce sont des accusations graves. « Périr par le feu », vous pensez que c’est un début d’accusations de guerre, on en est là ?

R : Parce que c’est une provocation grave aussi.

Q : Vous avez expliqué sur LCI hier que Nancy Pelosi était une gamine inconsciente. Une gamine inconsciente peut-elle déclencher une guerre aujourd’hui ? Est-ce qu’on en est là ? Vous avez dit que c’est une femme âgée, mais pourtant dans sa tête elle agit comme une enfant, une gamine. Est-ce que d’après vous, Nancy Pelosi que vous considérez comme quelqu’un d’inconscient peut être le déclencheur d’une guerre qui nous dépasse tous ?

R : Je pense qu’elle est très obstinée. Au mépris des démarches à maintes reprises du gouvernement chinois, elle s’obstine toujours à effectuer cette visite, quitte à sacrifier les relations bilatérales sino-américaines et à mettre en péril la vie des 23 millions d’habitants de Taiwan.

Q : Donc vous maintenez qu’elle se conduit comme une enfant gâtée ?

R : Ce n’est pas une enfant gâtée.

Q : Ou une gamine inconsciente…

R : C’est une métaphore.

Q : Une métaphore. Alors quelqu’un vous donne raison. En l’occurrence, l’ancien président des États-Unis Donald Trump s’est exprimé lui aussi. Au-delà des attaques sur Nancy Pelosi, il y a derrière aussi des attaques sur la Chine : « Elle leur a donné une excuse ». Est-ce que vous le ressentez comme ça ? Est-ce que c’est une excuse pour rompre les rapports notamment avec les États-Unis ? On pense ici aux accords sur le climat. Parce que depuis que Nancy Pelosi est venue à Taiwan, les accords ont été interrompus.

R : Mais ce n’est pas la Chine qui veut prendre une excuse pour faire quelque chose. Nous avons déjà lancé à plusieurs reprises des avertissements. Si c’est une excuse pour la Chine, alors pourquoi les Américains nous fournissent cette excuse, n’est-ce pas ?

Q : En fait, ce que vous voulez dire, c’est que le problème vient des Américains et pas de vous ?

R : Bien sûr.

Q : Que vous les aviez déjà avertis.

R : La Chine a dit que si Nancy Pelosi visite effectivement Taiwan, toutes les conséquences seront aux Américains d’assumer.

Q : Vous voulez ici prouver une souveraineté nationale ?

R : Oui.

Q : C’est important pour la Chine ?

R : Bien sûr, ce sont la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale qui sont en jeu.

Q : J’ai une question pour vous. Vous venez ici en France. Merci d’avoir accepté notre invitation. Pour vous, Taiwan n’est pas un pays à part entière, mais une province chinoise. C’est bien ça, la Chine unie. Pourquoi ne pas demander aujourd’hui aux Taiwanais d’utiliser le référendum et la démocratie pour savoir si oui ou non ils veulent être Chinois ? Vous seriez pour ?

R : Si on fait un référendum, on doit le faire dans toute la Chine. La Chine a une population de plus de 1,4 milliard d’habitants.

Q : C’est-à-dire la Chine plus Taiwan ? Ça veut dire que les Chinois en Chine devraient juger de savoir si Taiwan doit devenir Chinois ?

R : C’est ça.

Q : Mais est-ce que vous trouvez que c’est juste pour Taiwan ? D’un point de vue personnel, qu’en pensez-vous ? Vous, en tant que LU Shaye.

R : La population de Taiwan sont les Chinois aussi. Donc le destin et l’avenir de Taiwan doivent être décidés par tout le peuple chinois, y compris la population de Taiwan.

Q : Vous avez dit que la population taiwanaise était endoctrinée. Qu’est-ce que vous entendez par là ?

R : C’est le fait. Depuis l’entrée au pouvoir de Tsai Ing-wen et de son Parti démocrate progressiste, les autorités de Taiwan ont effectué une éducation séparatiste de «désinisation » sur la population de Taiwan.

Q : Qu’est-ce que ça veut dire ? Expliquez-nous.

R : Il y a dix ou 20 ans, la majorité de la population de Taiwan était pour la réunification de la Chine. Mais avec l’éducation de désinisation et la propagande séparatiste…

Q : Manipulée par les Américains? Taiwan est manipulée par les Américains comme une marionnette sous leur influence, c’est ça vous voulez dire ?

R : Oui, je pense que derrière les autorités de Tsai Ing-wen, ce sont des Américains. Avec cette éducation et cette propagande, l’opinion publique de Taiwan a considérablement changé. On dit que maintenant la plupart des Taiwanais sont pour l’indépendance. Je pense que c’est une tendance dangereuse.

Q : Donc pour vous, Taiwan est la marionnette des États-Unis qui tiennent les rênes.

R : Plutôt un pion. Et marionnette aussi.

Q : Pour aller où ?

R : Pour aller à l’indépendance. C’est au service de la stratégie américaine.

Q : Qu’est-ce qu’ils auraient à gagner ici, d’après vous ?

R : Qui ?

Q : Les Américains.

R : C’est évident. Parce que les Américains ont une première chaîne d’île où Taiwan est un maillon important.

Q : Le maillon qui manquait peut-être aux Américains?

R : Le maillon qui importe aux Américains.

Q : Pour vous, aujourd’hui Taiwan est un État fantoche. Elle n’existe pas. Taiwan doit être à la Chine.

R : Bien sûr. Taiwan est depuis toujours un territoire chinois.

Q : La Chine ne cèdera rien sur Taiwan?

R : Jamais. Absolument pas.

Q : Jusqu’où iront les Chinois pour que Taiwan reste à la Chine ?

R : Nos dirigeants ont dit que ceux qui jouent avec le feu périront par le feu. Dans notre pays il y a une loi anti-sécession qui a été élaborée en 2005. Le gouvernement chinois doit respecter cette loi. Si jamais il se passe une indépendance éventuelle de Taiwan, le gouvernement chinois doit recourir à tous les moyens pour l’empêcher.

Q : Tous les moyens, dont la guerre avec les États-Unis ?

R : Y compris les moyens militaires. Si les États-Unis interviennent, ce sera la guerre entre la Chine et eux.

Q : Ce que vous voulez dire, c’est que l’intervention des États-Unis égale troisième guerre mondiale, c’est ce que vous nous annoncez ?

R : Je ne sais pas si c’est la troisième ou combien. S’il y avait une intervention militaire des Américains, il y aurait certainement une grande guerre, parce que l’armée chinoise ne cédera pas.

Q : Votre Président XI Jinping s’est donné jusqu’en 2049 pour réunifier la Chine, on va le citer, « par la force s’il le faut ».

R : En 2049, la Chine réalisera son objectif du deuxième centenaire, à savoir le renouveau complet de la nation chinoise.

Q : Dans son blog, Jean-Luc Mélenchon, le leader insoumis, a écrit qu’il vous soutenait, que pour lui il n’y avait qu’une seule Chine, celle qui siège au Conseil de Sécurité, et que Taiwan est une composante à part entière de la Chine. Il reprend ici un vocable défendu par votre pays. Vous l’avez remercié par tweet interposé. Je me demande vraiment qu’est-ce que vous attendez aujourd’hui de la France ? Est-ce que vous avez envie de rencontrer par exemple Madame Colonna pour savoir s’il y a quelque chose à faire avancer ensemble, si la France a ici un rôle de médiateur ou plutôt un rôle d’allié ?

R : Nous n’avons pas besoin de médiateurs.

Q : Ni médiateurs, ni alliés ?

R : La Chine est un pays non-aligné. On n’a pas besoin d’alliés, on a besoin de partenaires. J’apprécie beaucoup Jean-Luc Mélenchon pour tenir cette parole et je le respecte. Je me demande aujourd’hui pourquoi en France il y a rarement des personnages qui peuvent se tenir pour critiquer les Américains de la visite provocatrice de Nancy Pelosi ?

Q : Vous reprochez aux Français de ne pas assez communiquer là-dessus?

R : Au moins il faut critiquer les Américains de faire de la provocation.

Q : Parce que pour vous ils sont critiquables, c’est une provocation.

R : Bien sûr. C’est aussi la position de plus de 160 pays et organisations internationales. Seul le G7 s’aligne sur la position des États-Unis.

Q : Vous avez dit « nous n’avons pas besoin d’alliés, nous avons besoin de partenaires ». Si nous ne sommes pas partenaires, qu’est-ce que nous sommes ?

R : La France est notre partenaire.

Q : Mais si la France n’était pas partenaire sur ce coup-là avec Taiwan, que deviendra la France ?

R : Je ne sais pas. Je pense que la France doit prendre une position plus objective et plus équitable sur cette question.

Q : Donc vous avez besoin de la France…

R : Malheureusement je n’ai pas vu cette position-là. La France est de concert avec les autres membres du G7 pour critiquer la Chine. Ce n’est pas juste, parce que la Chine est la victime dans cette affaire.

Q : Un représentant de Taipei qui était invité sur LCI lance une alerte plutôt inquiétante. « Si jamais la Chine attaque Taiwan, c’est la fin du monde, tout s’arrête », dit-il.

R : Ce n’est pas si grave que ça. Taiwan n’a  qu’une population de 23 millions d’habitants. Il a surestimé l’importance de Taiwan dans l’échiquier international, sous-estimé la détermination et la capacité de la Chine de résoudre le problème de Taiwan, et surestimé aussi la fiabilité et la crédibilité des Américains.

Q : Qu’est-ce que vous entendez par là ? C’est-à-dire que la Chine est prête à tout ?

R : La Chine est prête à tout. Qui veut la paix prépare la guerre.

Q : Qui veut la paix prépare la guerre. Est-ce que vous pensez que Taiwan aujourd’hui prépare la guerre alors ?

R : Oui, elle la prépare aussi peut-être, mais je ne pense pas que…

Q : Que ce soit judicieux pour eux ?

R : Je ne connais pas leurs capacités. Mais je pense qu’il y a des experts dans l’armée chinoise qui ont certainement un jugement concret sur la situation du détroit de Taiwan, sur la capacité de l’armée de Taiwan, et sur les intentions des Américains.

Q : D’après vous, Taiwan ne fera donc pas le poids face à la Chine ?

R : Taiwan est très importante pour la Chine.

Q : Expliquez-nous pourquoi ?

R : Parce que les Taiwanais sont nos compatriotes. Taiwan fait partie et est sous l’administration de la Chine depuis 230 apr. J.-C.. Depuis presque 2000 ans, il existe une consanguinité entre la partie continentale de la Chine et Taiwan. Il y a des liens civilisationnel, culturel, économique et humain. Tous les Taiwanais parlent chinois et la plupart des Taiwanais viennent de la partie continentale de la Chine. Y compris Tsai Ing-wen, elle est d’origine du Fujian.

Q : Mais alors comment faire la guerre à son sang, à son ADN ? Comment est-ce que la Chine pourrait faire la guerre à Taiwan ?

R : Cette guerre ne vise pas la population de Taiwan.

Q : Elle vise les Américains ?

R : Elle vise les forces sécessionnistes visant l’indépendance de Taiwan et les forces antichinoises étrangères qui soutiennent les forces sécessionnistes. La préparation de guerre est pour dissuader ces forces sécessionnistes de prendre le risque de franchir la ligne rouge.

Q : Les États-Unis ne reconnaissent pas l’indépendance de Taiwan tout en soutenant le droit de l’île à rester démocratique. Est-ce qu’on est ici dans une vision presque schizophrénique ? Est-ce que c’est ça qui vous a alerté ?

R : La question de Taiwan n’est pas une question de démocratie ou pas. C’est une question concernant la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Les Américains ont une apparence de respecter le principe d’une seule Chine, mais en réalité ils ont déjà vidé, obscurci et dénaturé ce principe. Ils ont inséré beaucoup de choses d’eux-mêmes.

Q : Rassurez-nous, on est toujours amis en France avec la Chine pour l’instant, même si on ne prend pas position ?

R : Oui. La Chine reste toujours sincère vis-à-vis de la France. Elle n’a jamais fait de choses au détriment des intérêts de la France, même si la France a pris des positions préjudiciables aux intérêts vitaux de la Chine sur divers sujets. Comme la France est un pays qui a une tradition d’indépendance et d’autonomie depuis le Général de Gaulle, la Chine considère toujours la France comme notre ami et partenaire. Nous espérons toujours collaborer avec la France, tant sur le niveau bilatéral que sur le plan international.

Q : Une dernière chose, un point sur la guerre en Ukraine. Vous êtes impacté par le manque de céréales ukrainiennes également ? Quelle est votre position là-dessus ?

R : Nous n’avons pas le problème du manque de céréales. Mais nous sommes préoccupés de la crise ukrainienne qui a un impact international et a créé des crises énergétique et alimentaire. Nous souhaitons depuis le début résoudre ce problème par voie pacifique et par voie de dialogue. Je sais que la France a fait beaucoup d’efforts. Nous encourageons la France et les autres pays européens à continuer cet effort de promouvoir les pourparlers de paix.

Q : Vous serez le partenaire ici de l’Europe ?

R : Oui, bien sûr.

Q : Merci beaucoup LU Shaye d’avoir accepté mon invitation sur Europe 1.

R : Je vous en prie.

Leave a Reply



WANT TO GET MORE NEWS LIKE THIS? THE BEST STORIES INBOX!

The latest News on China-Africa & the World in one Box ! Les dernières nouvelles sur la Chine-Afrique et le monde dans une seule boîte

Restez informé par Email:
Nous ne vous enverrons aucune publicité Notre Politique de confidentialité
November 27, 2022 2:27 am
close

Partageons & informons les autres

connectez-vous pour copier!